On entend souvent cette question lorsqu'on dit qu'on est passionné par les langues étrangères :

"Mais, dis-moi pourquoi apprends-tu telle ou telle langue ?"

Ma réponse est souvent : je voudrais connaitre toutes les langues du monde, donc il faut bien que je commence quelque part !

Parler une langue étrangère, c'est pour moi avant tout une manière de communiquer et d'échanger avec les autres.

Certains anthropologues définissent la langue comme le produit historique d'un échange entre les membres d'un groupe.

Apprendre une langue c'est donc mieux comprendre l'autre, son histoire et sa culture.

Je pense qu'il y a quelque chose de magique quand on peut se faire comprendre dans une autre langue.

On se sent plus proche des autres, plus humain peut-être.

En mettant en commun des mots, on fait l'expérience de ce qui nous rapproche.

On se rend compte de ce que l'on partage plutôt que de ce qui nous oppose.

D'un point de vue linguistique, la langue permet également de voir les choses différemment.

Les langues font appel à des références, des grammaires et des paradigmes différents.

On peut l'éprouver très clairement lorsque l'on passe d'une langue de type SVO, sujet-verbe-objet, comme le français ou l'anglais, à une langue de type SOV, sujet-objet-verbe, comme le Japonais par exemple.

Cela peut-être un véritable casse-tête de formuler ses pensées !

Et puis, on a tous essayé de dire quelque chose qui ne se traduit pas très bien dans une autre langue.

Au-delà des considérations linguistiques et anthropologiques, l'apprentissage d'une langue peut aussi apporter une grande forme de stimulation intellectuelle.

Lorsqu'on est capable de déchiffrer un nouveau système d'écriture, on a l'impression d'être un génie.

Apprendre à écrire de nouveaux caractères peut être extrêmement plaisant et gratifiant même si cet exercice nous donne parfois le sentiment de retourner sur les bancs de l'école :

on se sent maladroit et terriblement lent.

Mémoriser de nouveaux mots, de nouvelles expressions permet aussi de développer ou de maintenir certaines capacités cognitives fondamentales.

L'un des défis majeurs pour ceux qui étudient une langue est bien souvent d'apprendre à gérer nos propres frustrations.

On est régulièrement frustré de ne pas pouvoir tout comprendre ou de ne pas pouvoir s'exprimer comme on le voudrait.

Il faut se montrer patient et tolérant avec nous-même.

Il est aussi important d'accepter de faire des erreurs au cours d'une conversation par exemple, même si c'est parfois angoissant.

Il faut également savoir rester motivé afin de ne pas baisser les bras.

En fait apprendre une langue c'est aussi apprendre à se connaitre soi-même.

La discipline mentale peut jouer un role majeur car on sait que la régularité nous permet de progresser plus rapidement.

D'ailleurs, je pense que l'apprentissage d'une langue est un processus empirique.

Comme dans les cours de Chimie, il faut faire des expériences, voir ce qui marche et ce qui ne marche pas.

On doit avoir l'esprit curieux et constamment rechercher de nouvelles méthodes pour avancer.

Dialoguer avec de nouvelles personnes, sortir de notre zone de confort, lire de nouveaux livres et tester de nouvelles applications par exemple.

Apprendre une langue, c'est aussi écouter.

Chaque langue a sa propre musicalité, ses sonorités, son rythme, ses intonations, ses couleurs et ses accents.

On doit donc développer notre capacité à entendre et à reproduire les sons de la langue.

Cela demande parfois beaucoup de pratique et d'expérience.

En conclusion, même si l'acquisition d'une langue est un travail particulièrement laborieux,

il est clair que c'est un processus qui peut nous permettre de développer un grand nombre de compétences et nous procurer une immense satisfaction.